Saints

Sainte Dode

Nous ne savons que très peu de choses sur sainte Dode. Elle aurait fait partie d'une famille de huit sœurs, (parmi lesquelles sainte Quitterie, sa sœur jumelle), qui moururent martyres durant la persécution des Ariens par le roi Wisigoth Euric (ou atilius). Ce roi opposé à leur conversion, désirait marier Dode et elle s'enfuit avec ses sœurs vers la Gascogne.

Quitterie fut la première victime et mourut la tête tranchée.

Le récit de la passion de sainte Dode, qui remonte au Xe siècle, a recueilli la mémoire de la sainte avec nombre de traits légendaires. Dode fut arrêtée durant sa fuite et mourut, décapitée au lieu-dit Oriaval, près de la Baïse, à l'actuel village de Sainte-Dode.

Sa sœur recueillit son corps et le porta à l'endroit de sa sépulture, après l'avoir lavé à la fontaine du Capulet (de caput, tête) toute proche de l'église. Ce lieu est resté attaché à sa mémoire et une abbaye y fut édifiée en 1034, abbaye qui fut ensuite soumise à l'abbaye de Simorre (Gers). Devenu prieuré, ce lieu fut plus tard uni au Collège des Jésuites d'Auch.

Sainte Dode a donné son nom au village du Gers portant ce nom, où ses reliques furent déposées et où on célébrait la fête de la sainte.

Sainte Florence

Elle consacra sa virginité sous l'autorité et sous la direction de saint Hilaire de Poitiers. Sainte Florence, fille spirituelle de Saint-Hilaire, qui l'avait suivi depuis la Phrygie, a vécu en ermite à Comble (commune de Celle-Lévescault) qui devint lieu de pèlerinage au cours des siècles. (paroisse Sainte-Florence-en-Poitou)

Ses reliques se trouvent à Celle l'Evescault-86 (église romane, chapelle dédiée à Sainte-Florence de Comblé) sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Elle figure sur un vitrail de l'église Saint-Nicolas de Moncontour du diocèse de Poitiers. "La tradition dit que saint Hilaire (303-367) prenait ses quartiers à Celle-l'Evescault où il avait de vastes propriétés, et où il bâtit un monastère.

Sur sa propriété de Comblé, village à l'est de la commune, saint Hilaire aurait proposé à sainte Florence de se retirer pour vivre en ermite, après l'avoir consacrée à Dieu. Cette jeune fille avait suivi l'évêque Hilaire depuis la Phrygie (Turquie actuelle) où il avait été déporté par l'Empereur. Florence mena à Comblé une vie de sainteté, dans la prière et la mortification et elle mourut à l'âge de 29 ans." (source: Pèlerinage à Comblé, sur le tombeau de sainte Florence - Fondation Européenne pour la recherche sur les pèlerinages)
À Poitiers, après 360, sainte Florence, vierge, qui fut convertie au vrai Dieu par l'évêque saint Hilaire quand il était exilé en Asie et qui le suivit quand il revint vers les siens. Martyrologe romain

Sainte Germaine de Pibrac

Germaine de Pibrac ou Sainte Germaine Cousin (1579 - 1601), de son vrai nom "Germaine Cousin".
Sa courte vie de vingt-deux ans est une merveille de la grâce. Fille d'un modeste laboureur, Laurent, époux de Marie Laroche, Germaine naît à Pibrac petit village près de Toulouse, en 1579. Atteinte de scrofules (adénopathie tuberculeuse), elle a aussi une main atrophiée.

Sa mère meurt alors qu'elle était encore très jeune, et dès lors, elle subira les humiliations de sa belle-mère, acariâtre, et sera reléguée dans un appentis, loin de la vie familiale. Elle persuada son père de l'envoyer garder les troupeaux, où là, dans la nature, elle pouvait réciter son chapelet et trouver le réconfort dans la prière. Tous les jours elle allait à la Messe. 

Elle donnait le peu de pain qu'elle avait aux pauvres. Un jour de 1601, son père la trouva morte dans le réduit où on l'obligeait à dormir. Elle avait 22 ans. Elle fut enterrée dans l'église de Pibrac, et peu à peu tout le monde oublia l'existence de cette sépulture. Pour aller à l’église, elle devait passer un gros ruisseau. Un jour que le ruisseau était en crue, des paysans qui la voyaient venir se demandaient, d’un ton railleur comment elle ferait pour passer. Les eaux s’ouvrirent devant elle et elle traversa sans même mouiller sa robe.

Le 7 mai 1854, Le pape Pie IX prononça la béatification de la vénérable Germaine Cousin. Parmi les centaines de témoignages de miracles recueillis, deux furent retenus :
la guérison d’une fillette de 8 ans, Jacquette Cathala, atteinte de rachitisme ;
celle d’un jeune garçon, Philippe Luc, atteint d’une fistule incurable.
D’autre part, en 1845, se produisit une multiplication de pains et de farine dans la communauté religieuse du Bon Pasteur à Bourges, événement qui s’est répété par deux fois dans des situations difficiles de pénurie.
Deux autres miracles furent ensuite retenus en vue de la canonisation de Germaine : les guérisons de deux jeunes filles
– Lucie Noël de Revel et Françoise Huot de Langres – atteintes de paralysie.

Germaine Cousin est déclarée sainte par le pape Pie IX le 29 juin 1867 à Rome.

Sainte Luce ( Sainte Lucie)

Morte à Syracuse. Selon la légende populaire, on lui aurait arraché les yeux qu'elle replaça elle-même.

Fontaine à Escource

Sainte Madeleine

(Marie Madeleine).On la fête le 22 Juillet

Source à St Julien en Born, Sindères

Sainte Marguerite

Cette sainte légendaire est née à Antioche de Pisidie. Convertie au christianisme, elle fait vœu de virginité, repousse les avances du gouverneur romain Olybrius et refuse d'abjurer sa foi. La fontaine d'Argelouse résoudrait les problèmes de lactation.

Sainte Quitterie

Martyr des Landes jeune princesse Gothe (qui finit décapitée à Aire sur Adour vers 466 par un prétendant éconduit) et patronne de la gascogne se fête le 22 mai ( procession le dernier dimanche de mai à Maillères). décapitée le 22 mai 476 et dont le sarcophage se trouve à Aire. 

Autrefois à Aire, dans un cachot de la crypte, on attachait les patients atteints de folies, pendant qu'on priait pour les délivrer de leur démence .

Fontaines à Aire sur Adour, Arx, Commensacq, Gastes, Lamothe, Lucbardez, Maillères, St Justin, St Martin d'Oney, Ste Foy,ToulouzetteVillenave

Sainte Radegonde

Sainte Radegonde, princesse de la maison royale de Thuringe, épouse de Clotaire Ier se fait consacrer diaconesse (femme qui exerce un ministère réservé aux femmes dans certaines églises protestantes), fondatrice de l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers où elle mourut en 587.

Fête le 13 Août.

Sainte Rose

Sainte Rose de Lima (1586 - 1617) première sainte des Amériques, qui avait une peau si fraîche qu'on lui donna ce prénom. Après avoir contracté une grave maladie de peau aux amériques où elle séjourna, la source la guérit.

Fontaines à Larrivière St Savin, Ousse Suzan, Pontenx les Forges, Samadet où une légende court qu'un lépreux y aurait trouvé sa guérison, Sanguinet, Ychoux. Les pouvoirs supposées de ces eaux pour soigner les maladies de peau tels l'eczema, les furoncles, les dartres, l'impetigo, les ulcères variqueux ainsi que les maladies infentiles. Fêtée le 23 Août

Sainte Ruffine

Vierge qui fût martyrisée à Rome au IIIème siècle. Après avoir subi de cruels supplices (enfumée, ébouillantée, noyée dans le Tibre) dont elle réchappa miraculeusement avant d'être décapitée en même temps que sa soeur. Fêtée le 10 juillet.  Les fontaines qui sont sous son patronnage sont plutôt visitées pour les croutes de lait des nourissons.

Ayant refusé d’épouser Armentorius, parce qu’elle avait voué sa virginité au Christ, elle fut arrêtée vers l’an 260, sous l’empereur Valérien. Ne cédant pas aux injonctions du préfet Junius, elle fut torturée puis exécutée à la 10ème borne milliaire sur la voie Aurélia. Son corps fut exposé puis enseveli par la matrone Pautrilla dans son domaine. En l’an 1153, sa dépouille fut transférée à la demande du pape Anastase IV sous le portique de la basilique constantinienne, près du baptistère de Latran. Son culte fut introduit à Rome à partir de cette date.

Pour la fontaine de Moustey (Biganon) Une autre version retient une Rufina, Fontaine Sainte Ruffine chrétienne de Séville qui a péri avec sa sœur Justa pour avoir refusé d’offrir ses poteries pour le culte païen d’Adonis. Biganon fut, il ne faut pas l’oublier, un village de tuiliers et de potiers.

Pages