Message d'erreur

Deprecated function : Required parameter $data follows optional parameter $conditions dans include_once() (ligne 1439 dans /homepages/19/d732246248/htdocs/fontaines/includes/bootstrap.inc).

Saints

Saint Savin

Procession le 11 juillet.La légende dit que né en Espagne et devenu adulte prit le chemin de la Gaule, il demeura un certain temps de la comté de Foix puis partit pour Poitiers. A la recherche de solitude il bâtit un ermitage dans une citée de Bigorre où il mourut 13 ans plus tard. 

Saint Sébastien

Sébastien est un saint martyr romain ayant vécu, selon la tradition, au iiie siècle. Il est fêté le 20 janvier en Occident et le 18 décembre en Orient. Né à Narbonne, en Gaule, Sébastien est citoyen de Milan, en Italie. Militaire de carrière, il est pris d'affection par les empereurs Dioclétien et Maximien Hercule, qui le nomment centurion.

Dans un contexte de persécutions contre les chrétiens, il est pourtant exécuté sur ordre des souverains pour avoir soutenu ses coreligionnaires dans leur foi et accompli plusieurs miracles. D'abord attaché à un poteau et transpercé de flèches, il est finalement tué à coups de verges après avoir miraculeusement guéri la première fois.

Patron des archers, des fantassins et des policiers mais aussi troisième patron de Rome (avec Pierre et Paul), saint Sébastien est surtout invoqué pour lutter contre la peste et les épidémies en général..

Source à Labouheyre

Saint Sever

Si l'on en croit la tradition, il serait originaire du pays des Scythes (actuelle Roumanie). Il évangélisa les populations des rives de l'Adour dans le sud-ouest de la France. Saint Sever est venu d'Afrique du Nord avec St Girons et six autres compagnons pour évangéliser l'Aquitaine. Son nom était en fait Severus... Severus arriva à Morlanne (Mont des Lannes) où se situe aujourd'hui la ville de St-Sever. Il y aurait guéri Adrien, gouverneur romain de la place. Celui-ci se convertit au Christianisme, avec sa garnison Mais ce fut à cette époque (Ve siècle) l'invasion des 'Barbares', Vandales puis Wisigoths ; ceux-ci, d'abord convertis au Christianisme, avaient ensuite adopté l'arianisme, par choix politique, en opposition à l'Empire Romain qui défendait la cause de l'orthodoxie chrétienne... Ce fut alors un déchaînement de persécutions contre les Chrétiens, avec le martyre de St Sever, puis de son compagnon St Girons, décapités par les Vandales vers l'an 409... (Diocèse d'Aire et Dax - saints et martyrs landais - l'Église dans les Landes)

Saint Sicaire

Evêque de Lyon et confesseur ayant vécu aux environs de l'an 435, se fête le 26 mars

Cette fête, organisée à Brantôme autour du 2 mai, est celle du petit enfant saint Sicaire, dont les reliques se trouvent dans une châsse exposée dans l’abbatiale Saint-Pierre.

Il y a 200 ans, à Bethléem, le roi Hérode aurait ordonné à ses soldats de massacrer tous les enfants de moins de 5 ans, suite à la naissance de Jésus de Nazareth. Des années plus tard, un pape offrit à Pépin le Bref, père de Charlemagne, une relique de l’enfant martyr. Celle-ci a été remise à l’abbaye de Brantôme un 2 mai. C’est donc cette fête religieuse qui est célébrée.

D’autres racontent, que lors de son passage à Brantôme, Charlemagne a remis les reliques de saint Sicaire, à la condition que les moines de l’époque construisent une abbaye. Quoi qu’il en soit, les reliques se trouvent toujours à l’abbatiale Saint-Pierre de Brantôme et la fête est au rendez-vous chaque année.

Saint Sigismond

Sigismond, fils de Gondebaud, est un roi des Burgondes de 516 à 523, vénéré comme saint par l'Église catholique et l'Église orthodoxe. Il est le protecteur traditionnel des hommes d'armes.

Sigismond est mis au rang des saints, à cause de son repentir, de sa fin malheureuse et surtout de ses riches dons aux églises.

Le puits où ses restes ont été jetés se situe dans le village homonyme, situé dans le Loiret, au sud de Patay.

L'église de ce village est construite sur ce puits dont l'eau était réputée guérir des fièvres.

Des pèlerinages étaient organisés encore dans la première partie du xxe siècle.

Aujourd'hui encore, selon la tradition populaire locale, les femmes de Coulemelle (hameau de la commune voisine de Saint-Péravy-la-Colombe) auraient aidé à jeter saint Sigismond dans le fameux puits. Un proverbe local dit que « les filles de Coulemelle ne seront jamais ni bonnes ni belles parce qu'elles ont jeté saint Sigismond dans le puits ». 

Saint Vidian

Saint Vidian ou Vivien d'Aliscans, chevalier de Charlemagne, martyr par la main des musulmans près de Martres-Tolosane, fêté le 27 août.

Au IXe siècle, saint Vidian et son armée meurt martyr des invasions sarrasines, saint Vidian est alors enterré dans l'église. Au X e siècle, un prieuré et son sanctuaire dépendant de l'abbaye de Saint-Sernin de Toulouse s'implante sur les lieux.

Nous sommes dans la seconde moitié du VIIIe siècle après JC, le sud de la France et plus particulièrement le Midi est tour à tour sous la domination des Wisigoths, des Francs et des Sarrasins. Un noble Franc, ardent défenseur de la chrétienté a été fait prisonnier lors d’une bataille par le seigneur Sarrasin de Lucerne (Lusierna, ville de Galice, en Espagne).
Après quelques années de détention, le souverain propose de le libérer si son fils le remplace. Ce fils, Vidian, encore adolescent, accepte et se rend en Espagne pour prendre la place de son père. N’arrivant pas à le convertir à l’Islam, le seigneur Sarrasin le vend comme esclave à une riche commerçante étrangère. Conquise par ses qualités, elle en fit son fils adoptif et l’initie au commerce lors de nombreux voyages à travers les mers. Devenu adulte, Vidian revend tous ses biens acquis par le négoce, et organise une croisade pour accomplir son voeu le plus cher : revenir à Lucerne pour y vaincre le roi Sarrasin.
Grâce à ses qualités militaires et sa bravoure, il réussit son entreprise, détruit la ville et son roi, puis revient en France auréolée de ce succès. Sur ces entrefaites, les sarrasins mènent d’importantes incursions dans le Midi de la France à la fin du VIIIe siècle et viennent assiéger les portes de l’actuelle ville de Martres-Tolosane. Accouru à la tête d’une armée, le duc Vidian lui livre bataille sur les bords de la Garonne : il met les Sarrasins en fuite et s’acharne à leur poursuite. Harassé de fatigue, atteint de plusieurs blessures, il descend de cheval auprès d’une fontaine pour se reposer et laver ses plaies. Un détachement ennemi survient à ce moment et Vidian périt accablé par le nombre. La nouvelle de cette mort ranime le courage des Sarrasins qui détruisent toute l’armée Chrétienne et s’emparent d’Angonia. Lorsque le flot de l’invasion fût passé, les fidèles enterraient les restes de Vidian et de ses compagnons : des miracles se firent immédiatement sur leur tombeau et le nom d’Angonia (ancien nom antique présumé) fut remplacé par Martres-Tolosane, ou ville des martyrs de Toulouse.

Saint Vidian

Saint Vidian ou Vivien d'Aliscans, chevalier de Charlemagne, martyr par la main des musulmans près de Martres-Tolosane, fêté le 27 août.

Au IXe siècle, saint Vidian et son armée meurt martyr des invasions sarrasines, saint Vidian est alors enterré dans l'église. Au X e siècle, un prieuré et son sanctuaire dépendant de l'abbaye de Saint-Sernin de Toulouse s'implante sur les lieux.

Nous sommes dans la seconde moitié du VIIIe siècle après JC, le sud de la France et plus particulièrement le Midi est tour à tour sous la domination des Wisigoths, des Francs et des Sarrasins. Un noble Franc, ardent défenseur de la chrétienté a été fait prisonnier lors d’une bataille par le seigneur Sarrasin de Lucerne (Lusierna, ville de Galice, en Espagne).
Après quelques années de détention, le souverain propose de le libérer si son fils le remplace. Ce fils, Vidian, encore adolescent, accepte et se rend en Espagne pour prendre la place de son père. N’arrivant pas à le convertir à l’Islam, le seigneur Sarrasin le vend comme esclave à une riche commerçante étrangère. Conquise par ses qualités, elle en fit son fils adoptif et l’initie au commerce lors de nombreux voyages à travers les mers. Devenu adulte, Vidian revend tous ses biens acquis par le négoce, et organise une croisade pour accomplir son voeu le plus cher : revenir à Lucerne pour y vaincre le roi Sarrasin.
Grâce à ses qualités militaires et sa bravoure, il réussit son entreprise, détruit la ville et son roi, puis revient en France auréolée de ce succès. Sur ces entrefaites, les sarrasins mènent d’importantes incursions dans le Midi de la France à la fin du VIIIe siècle et viennent assiéger les portes de l’actuelle ville de Martres-Tolosane. Accouru à la tête d’une armée, le duc Vidian lui livre bataille sur les bords de la Garonne : il met les Sarrasins en fuite et s’acharne à leur poursuite. Harassé de fatigue, atteint de plusieurs blessures, il descend de cheval auprès d’une fontaine pour se reposer et laver ses plaies. Un détachement ennemi survient à ce moment et Vidian périt accablé par le nombre. La nouvelle de cette mort ranime le courage des Sarrasins qui détruisent toute l’armée Chrétienne et s’emparent d’Angonia. Lorsque le flot de l’invasion fût passé, les fidèles enterraient les restes de Vidian et de ses compagnons : des miracles se firent immédiatement sur leur tombeau et le nom d’Angonia (ancien nom antique présumé) fut remplacé par Martres-Tolosane, ou ville des martyrs de Toulouse.

Saint Vincent

Diacre et martyr du IVème siècle est le Saint Patron des vignerons.

Fontaines à Montaut (disparue), Serres Gaston

Saint Vivien

Evêque de Saintes (Ve siècle) saint Vivien
Originaire de Saintes, il devint administrateur de la région de Saintes par décision de l'empereur Honorius, puis, renonçant à cette charge, il devint prêtre et évêque.
 

Il connut l'invasion des Visigoths d'Espagne et accompagna les prisonniers jusqu'à Toulouse pour les soutenir dans leur épreuve. Il gagna l'estime du roi Théodoric et put obtenir de lui, quelque temps plus tard, la libération des prisonniers. Il est reconnu au martyrologe romain, mais n'est fêté que dans le diocèse de La Rochelle. "Vivien est l'un des mieux connus des premiers évêques de Saintes. Né d'un père païen et d'une mère chrétienne vers la fin du IVe siècle, il a grandi à l'ombre de l'évêque Ambroise et a été élu pour le remplacer à la mort de celui-ci, au début du Ve siècle. Les temps troublés de son épiscopat le conduisirent à prendre très directement la défense du peuple dont il avait la charge. Il se rendit à Toulouse pour plaider auprès du roi Wisigoth Théodoric des réductions d'impôts que les saintais ne pouvaient acquitter. Il vint aussi au secours de son peuple menacé par les incursions des pirates saxons. Il fit enfin réédifier l'église-mère (cathédrale) de la cité." (calendrier liturgique diocésain du diocèse de La Rochelle Saintes)

Saint Yves

Patron breton, les touristes de cette région lui rendent hommage pendant leurs vacances.

Fontaine à Moustey

Pages